Brèves

Se former, s’évaluer… parce que le monde change

« Le monde bouge » constate Sophie Clamens directrice du CIBC – AGIRE (centre interinstitutionnel de compétences)… Il bouge tant qu’aujourd’hui, quel salarié a l’assurance de pouvoir dérouler l’intégralité de sa carrière dans la même entreprise et la certitude d’exercer le même métier jusqu’à sa retraite ? La loi sur la formation professionnelle de 2014 a redessiné les perspectives professionnelles des salariés et voulu modifier l’approche des entreprises en termes de ressources humaines.

Parmi la multitude d’outils que cette loi propose, deux sont emblématiques de cette volonté politique de replacer le salarié au cœur de sa carrière, de lui permettre d’anticiper pour évoluer vers un poste ou une fonction plus conforme à ses attentes, à ses compétences. «C’est l’idée de choix qui prédomine dans tout cela», commente Sophie Clamens évoquant le bilan de compétences, la VAE (validation des acquis de l’expérience) étant l’autre réponse apportée pour permettre au salarié de faire reconnaître ses savoirs en obtenant de «vrais» diplômes. «Jusqu’à maintenant, le diplôme ou le non-diplôme c’était à vie», constate la directrice du CIBC. Vous pouvez désormais décrocher un Master, un BTS ou un cap à 40 ans. ..Un autre CV au moment de convaincre un employeur ou un DRH.

« Le diplôme ou le non-diplôme à vie, c’est fini »

La VAE permet d’acquérir des titres de tous niveaux au terme d’une procédure sérieuse qui prend du temps mais non sanctionnée par un examen. C’est un jury qui attribue ce diplôme, identique à celui que délivrerait une université ou une école. En 2014 Le CIBC a mené 106 procédures de VAE, 86 % des candidats ayant obtenu une validation (partielle ou totale). Des candidats qui venaient pour acquérir une reconnaissance de leur savoir ou un diplôme de l’éducation nationale (39 %),
Cette loi désormais applicable mérite probablement une large information auprès du public tant ses ressources semblent nombreuses et potentiellement prometteuses pour le salarié. Ceux-là ont déjà pu en rencontrer les premiers effets par le biais de l’entretien professionnel désormais obligatoire, qu’ils subissent actuellement dans leur entreprise…

Au CIBC, la demande pour le bilan de compétences

Cette loi fait aussi de structures comme le CIBC, d’incontournables acteurs du marché de l’emploi…. ils sont un maillon du parcours salarial d’aujourd’hui. Le CIBC, qui est une structure associative, a réalisé un chiffre d’affaires de 1,185 million d’euros en 2014 et a reçu 2 463 personnes dont 1 098 en Tarn et Garonne. 75 % d’entre elles ont contacté le CIBC pour un bilan de compétences et 24 % pour une VAE. Une majorité est demandeurs d’emploi (58 %) des femmes à 59 %. Il s’agit aussi d’un public majoritairement jeune (55 % ont moins de 44 ans). Le secteur du tertiaire est le plus représenté (71 %)
La loi de 2014 offre des routes pour le changement, pour de nouveaux horizons professionnels. Aux salariés de s’en saisir et aux entreprises d’en tirer partie.

CIBC-AGIRe : 12 bureaux sur 3 départements

Le CIBC -AgirE (centre interinstitutionnels de bilan de compétence) réalise enTarn-et-Garonne, Haute-Garonne, et Lot, des bilans de compétences et des conseils en VAE et Ressources Humaines. Depuis plus de 23 ans, cette structure associative qui répond aux appels d’offres (Région, Pôle-Emploi….) accueille plus de 2 000 demandeurs d’emploi ou salariés par an, sur Montauban, Castelsarrasin, Moissac, Caussade pour le 82. Dirigé par Sophie Clamens, le CINBC emploi 21 salariés dans ses 12 bureaux. Si l’accompagnement des personnes est payant, des finacements existent.

Contact : CIBC-AGIRe 67, Faubourg Lacapelleà Montauban .
Tel : 05 63 66 51 37 (info@cibc-agire.fr) – Web : www.cibc-agire.fr

Bilan et VAE… Mode d’emploi

Le bilan de compétences… Pour préparer une reconversion, se repositionner sur le marché de l’emploi. Il vous permet e faire un point sur votre parcours, d’identifier vos ressources pour vérifier la faisabilité de vos projets. Tout salarié en CDI justifiant d’une ancienneté de 5 ans peut prétendre au bilan de compétences Un congé d’une durée de 24 heures de travail est prévu par la loi.

Validation des acquis de l’expérience (VAE) : transformer l’expérience en diplôme pour envisager de nouveaux horizons professionnels, être reconnu professionnellement pour accompagner les évolutions de l’entreprise. Votre expérience doit avoir un rapport direct avec le contenu du diplôme visé. Vous devez justifier d’une expérience cumulée de trois ans minimum. Les diplômes délivrés sont tous enregistrés au répertoire national des certifications professionnelles. L’évaluation peut se faire «sur dossier» par un jury. Un entretien est généralement souhaitable mais il ne s’agit pas d’un oral d’examen. Elle peut aussi se faire par «mise en situation». Un jury officiel décide de l’attribution du diplôme. Une validation totale… ou partielle, pour insuffisance d’acquis. Le salarié a alors 5 ans pour resoumettre au diplôme.

Entretien professionnel : Un rendez-vous désormais obligatoire tous les deux ans pour chaque salarié afin de faire le point sur son parcours professionnel et ses perspectives d’évolution. Un entretien pas toujours bien vendu dans les entreprises mais qui ne doit pas pour autant être pris à la légère. Le CIBC proposera d’ailleurs une journée de formation à l’entretien professionnel le 10 mai et le 13 décembre 2016 à Montauban.
Pierre Mazille.

 

Source :  http://www.ladepeche.fr/article/2016/04/13/2324060-se-former-s-evaluer-parce-que-le-monde-change.html